More
    AccueilCélébritésCarla Bruni, dévastée, un "détraqué" interpellé !

    Carla Bruni, dévastée, un « détraqué » interpellé !

    De retour à Paris après un confinement en famille dans sa résidence varoise, l’ex-première dame s’est remise au travail.

    Carla Bruni qui a passé la presque totalité du confinement sur la Côte d’Azur au Cap-Nègre est de retour à Paris avec les siens. Pour immortaliser ce come-back, elle a immédiatement posté sur son compte Instagram des clichés récents de sa fille Giulia, âgée de 8 ans.

    On les voit toutes les deux masquées à l’arrière d’un véhicule. Ce qui a le plus retenu l’attention, c’est que c’est la première fois que la chanteuse publiait une photo de sa fille, de face. Le visage de l’enfant, malgré le masque de protection qu’elle revêtait, était bien visible.

    « J’enseigne à ma fille à dire non, à se méfier des prédateurs, des pervers, à garder l’œil ouvert et à ne pas penser que c’est la société qui va la défendre (…) Il faut qu’elle se défende elle-même. Et il faut qu’elle évite les situations à risques. Moi à 18 ans, j’étais très consciente du danger », précisait l’épouse de Nicolas Sarkozy.

    Le couple a appris à son retour qu’un « homme barbu », avec un comportement suspect, rôdait autour de leur domicile parisien, un hôtel particulier de la Porte d’Auteuil, dans le XVIe arrondissement. La présence inhabituelle a tout de suite attiré l’attention des voisins qui, inquiets, auraient contacté la police.

    «Le 8 avril, la préfecture de police est alertée car un homme en civil d’apparence maghrébine portant bonnet et barbe se tient près de chez les Sarkozy-Bruni », a rapporté Le Point. Mais après « vérifications » par les autorités, il s’est avéré que l’homme en question était un gardien de la paix. Ce dernier avait été envoyé par la Préfecture de Police de Paris pour « contrôler les allées et venues » près du domicile de l’ancien président de la République.

    Mais le malentendu a eu des conséquences importantes pour l’agent de sécurité, rapporte Le Point. Le responsable de la sous-direction de la protection des institutions lui a reproché de ne pas avoir respecté « les règles du port des tenues bourgeoises (civiles) de ceux affectés à certaines missions ». L’agent « a été déplacé » dans une autre zone et a « fait l’objet d’une procédure disciplinaire ».

    Marion Legrand
    Marion Legrandhttps://femmeactualite.fr
    Je suis passionné par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 4 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la télévision et les people.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Must Read