More
    AccueilCélébritésDavid Hallyday, Alexandra Pastor, succession, comportement indélicat envers Laura Smet, trahie

    David Hallyday, Alexandra Pastor, succession, comportement indélicat envers Laura Smet, trahie

    David Hallyday a décidé de laisser certaines de ses parts de l’héritage de leur père à sa sœur cadette Laura Smet. Une décision qu’il aurait prise suite au conseil « avisé » de son épouse depuis plus de dix ans, Alexandra Pastor.

    Voir cette publication sur Instagram

    #eterneltour #davidhallyday #cirqueamiens

    Une publication partagée par Pat Vvn (@patrick_vivien) le

    La belle héritière monégasque, dont la fortune n’est pas négligeable, serait-elle spécialiste en matière de succession ? le magazine Ici Paris s’est intéressé au chanteur, non pas dans le cadre de son prochain opus en préparation prévu pour sortir au mois de décembre 2020, mais pour son choix de céder ses parts des propriétés de Saint-Barth et Marnes-la-coquettes à sa sœur Laura Smet. Sa femme y serait pour quelque chose.

    Sacrifice louage ou cadeau empoisonné ?

    Après des années de lutte judiciaire contre sa belle-mère pour avoir sa part de l’héritage du taulier, le fils aîné de Johnny Hallyday a décidé, alors qu’un accord supposé satisfaire toutes les parties a été trouvé et que la veuve du rockeur est de retour en France, après des mois de confinement à Los Angeles, pour sa finalisation, de céder ses part à sa sœur Laura Smet. Une décision qui surprend certains qui y trouvent anguille sous roche.

    Voir cette publication sur Instagram

    Deux Hommes, Père et Fils, Unis. #johnnyhallyday #davidhallyday

    Une publication partagée par Boris Gasiorowski (@boris_gasiorowski_france) le

    « Le partage de la succession de Johnny Hallyday connaît un nouveau rebondissement puisque David Hallyday a décidé de se retirer de la course et de tout laisser à sa sœur aînée, Laura Smet (…) Une belle somme que David Hallyday refuse aujourd’hui pour faire profiter sa petite sœur Laura Smet d’un double pactole. Depuis le début de la bataille judiciaire liée au testament de Johnny Hallyday, le chanteur a toujours assuré que ce combat n’était pas une question d’argent mais de symbolique…», rapporte Public qui se base sur des informations du magazine Closer.

    Mais d’après le magazine Ici Paris, le « sacrifice d’amour » du grand frère attentionné n’en serait pas un. « Conseillé par Alexandra Pastor, sans doute épaulée par les meilleurs avocats, David Hallyday se serait débarrassé ‘‘des biens’’ pour éviter le paiement des dettes fiscales de son père, estimée à 34 millions d’euros », commente la publication avant de s’interroger : « Qui paiera ? Espérons que l’accord contienne une clause juste sur ce point ».

    Voir cette publication sur Instagram

    Il y a quelques années je jouais les guitares pour David Hallyday en studio. Aujourd’hui j’ai la chance et l’immense plaisir de réaliser et d’enregistrer avec lui son prochain album. En plus d’être un artiste talentueux David est un homme exceptionnel de part son humilité, son humour, son intelligence et sa gentillesse. Voilà plus de 2 mois qu’on travaille sans relâche jour et nuit (surtout nuit) pour peaufiner chaque note toujours dans la bonne humeur. L’album est bientôt finalisé avec un magnifique premier single « Imagine un monde » sur un texte de Lionel Florence qui sortira très prochainement ! Merci à David et son équipe de m’avoir fait confiance je suis vraiment fier de vous avoir rejoint dans cette aventure????? @david_hallyday #davidhallyday #sonorproductions

    Une publication partagée par Fabrice Ordioni (@fabrice.ordioni) le

    Des millions de dettes à payer

    Le clan Hallyday s’est déchiré après la disparition du rockeur pour la question de sa succession. Johnny Hallyday avait rédigé son testament aux Etats-Unis dans lequel il déshéritait ses deux premiers enfants, David Hallyday et Laura Smet, issus de ses premiers mariages, laissant toute sa fortune à sa dernière épouse Laeticia Hallyday. Les deux aînés ont donc décidé faire valoir leurs droits en France où il n’est pas possible de déshériter ses enfants.

    Cependant, si le rockeur adulé de par le monde a laissé des biens, il ne faut pas oublier qu’il a également laissé derrière lui des dettes non négligeables, qu’il va aussi falloir penser à payer. Notamment ses impayés fiscaux. Le magazine Gala évoquait ainsi une dette avoisinant les 30 millions d’euros que le chanteur n’aurait jamais songé à payer. Le fisc français atteindrait toujours de percevoir cette lourde enveloppe.

    « Si Johnny Hallyday réside dans ce pays réputé pour son calme et ses paradis fiscaux, ses activités artistiques et commerciales ont pourtant continué d’être imposées en France, où il réalise légalement ses bénéfices (…) Pour ne plus payer d’impôts sur le revenu sur ses dividendes en France, Johnny aurait mis en place des montages financiers d’optimisation. Montages qui lui auraient finalement valu de se retrouver dans le collimateur du fisc et d’écoper d’un redressement, d’où la dette de 30 millions d’euros, toujours impayée à ce jour… et que devront solder ses héritiers », expliquait Public.

    Le choix de la conciliation

    Or, à mesure que le temps s’écoule, la dette continue « de s’allonger avec des pénalités et des intérêts ». La volonté d’apaisement de Laeticia Hallyday pourrait donc aussi avoir eu une motivation financière. « Les héritiers du chanteur ont tout intérêt à s’entendre vu le montant colossal de la dette de Johnny Hallyday, dont le patrimoine a été estimé à 40 millions d’euros par un notaire international », indiquait BFMTV.

    D’après la loi française, ce sont les héritiers qui paieront cette dette « qui sera répartie entre eux en fonction de la somme de l’héritage reçue ». «La dette correspond à un actif transmis, et donc la personne qui accepte la succession accepte en général aussi la dette correspondante. Il peut y avoir une répartition des actifs entre les héritiers et auquel cas les héritiers se répartiront également la dette », expliquait à BFMTV l’avocat fiscaliste, Me Laurent Isal.

    « Que restera-t-il du patrimoine de Laeticia, évalué à une trentaine de millions d’euros une fois que les impôts auront passé leur grand coup de rabot ? », s’interrogeaient dans leur ouvrage les auteurs du livre Laeticia, la vraie histoire, publié le 12 octobre 2018, et coécrit par Laurence Pieau et François Vignolle. Ils indiquaient alors que « « Ardavan Amir-Aslani, son avocat, négocie avec Bercy un échelonnement raisonnable de ce remboursement ».

    Marion Legrand
    Marion Legrandhttps://femmeactualite.fr
    Je suis passionné par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 4 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la télévision et les people.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Must Read