More
    AccueilPeopleFrançoise Hardy, son état empire - son plaidoyer poignant pour mourir dignement

    Françoise Hardy, son état empire – son plaidoyer poignant pour mourir dignement

    La célèbre chanteuse, Françoise Hardy vit une période terriblement compliquée. L’épouse de Jacques Dutronc, avec qui elle vit séparée depuis de nombreuses, mais qui sont toujours mariés souffre d’un double cancer, qui a rendu sa vie infernal. Aujourd’hui, chaque acte de la vie quotidienne est devenu une véritable torture, pour celle qui a marqué toute une génération avec ses chansons exceptionnelles.

    « Je n’ai plus rien qui fonctionne normalement depuis ces thérapies et mes nuits sont pires que mes jours. Il y a toujours pire que ce dont on souffre soi-même, mais ce n’est pas une consolation », a-t-elle annoncé soulignant qu’elle est favorable pour l’euthanasie.

    « (Je me sens) proche de la fin. Jacques et moi sommes d’accord sur beaucoup de choses et il ne veut pas que je souffre de façon inhumaine à cause des séquelles de traitements trop lourds et de l’âge. Qui voudrait ça ? », a-t-elle avoué.

    Avant de poursuivre : « Thomas est très respectueux et compréhensif sur ce plan comme sur d’autres. Je ne crois pas que je me lancerais trop vite dans des démarches liées à l’euthanasie, ne serait-ce que parce qu’elles sont interdites et que dans mon état de faiblesse et de handicap, ça me serait difficile d’effectuer des démarches quelles qu’elles soient ».

    La célèbre chanteuse a avoué vivre confinée depuis de nombreuses années, depuis que la maladie l’a touchée de plein fouet et a bouleversé sa vie d’une manière radicale. Malgré son épuisement, elle ne manque jamais une occasion de faire un plaidoyer sur l’euthanasie, un sujet qui lui teint particulièrement à coeur.

    « Pour m’alimenter ça prend 6 heures par jour, confie Françoise Hardy. Le reste du temps, je réponds aux mails, je fais des soins médicaux importants, je suis complètement asséchée de partout à cause des rayons. Ils m’ont traversé 45 fois la tête. Ils ont brûlé mes glandes salivaires… », a-t-elle indiqué.

    Avant de préciser : « À partir d’un certain moment où il y a beaucoup trop de souffrance et où il n’y a aucun espoir, il faut abréger les souffrances. C’est la moindre des choses. C’est humain. Ma mère a eu la maladie de Charcot qui est absolument insupportable. Ma mère a pu, avec ma complicité, se faire euthanasier. De savoir que son médecin pourrait l’aider et faire en sorte qu’elle soit euthanasiée quand elle ne voudrait plus continuer à vivre cette horrible maladie. Ça a été un confort extraordinaire. Il faut que la France en fasse autant. Il faut faire cette loi. »

    alex dupond
    alex dupondhttps://femmeactualite.fr
    passionné par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 4 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la télévision et les people.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Must Read