More
    AccueilCélébritésJean Dujardin, irrité, les propos cinglants de Julie Gayet qu'il n'encaisse pas...

    Jean Dujardin, irrité, les propos cinglants de Julie Gayet qu’il n’encaisse pas !

    Jean Dujardin n’en a pas encore fini avec la controverse autour du film de Roman Polanski, J’accuse, dont il est la tête d’affiche. Julie Gayet a récemment accordé une interview dans laquelle elle donnait, une nouvelle fois, son avis sur la question.

    Voir cette publication sur Instagram

    Joyeuses Pâques ????

    Une publication partagée par Jean Dujardin (@jeandujardin) le

    La compagne de François Hollande, l’ancien président de la République, ne fait à coup sûr pas partie des fans du réalisateur Roman Polanski. Si ce dernier demeure de marbre face à la pluie de critiques qui s’abat continuellement sur lui, ce ne saurait être le cas de Jean Dujardin. L’acteur pourrait avoir été froissé par les propos de Julie Gayet au sujet de la production du film plusieurs fois nominé aux César.

    Sa réponse cinglante

    Lors de l’entretien qu’elle accordait au Parisien au sujet de Sœurs Jumelles, sa plate-forme web autour de la musique et des images, qu’elle a lancé ce mardi 23 juin 2020, l’actrice et réalisatrice est revenue sur l’affaire Polanski, notamment le film J’accuse, et la consécration de son réalisateur aux César. Ce énième sacre de Roman Polanski avait d’ailleurs créé la polémique, et plusieurs célébrités avaient quitté la cérémonie le 28 février dernier avant son terme.

    Partisane de l’égalité homme-femme, celle que l’on dit vouloir entrer à l’Elysée par la grande porte, s’est demandé comment les producteurs avaient pu investir une somme colossale, estimée à 21 millions d’euros, sur le projet d’un réalisateur critiqué. « On peut donc se demander comment des producteurs ont engagé le plus gros budget du cinéma français de l’année, 21 millions d’euros, sur un film de Roman Polanski », a-t-elle déclaré.

    La comédienne et productrice a tout de même indiqué qu’elle ne pensait pas que le film doive être interdit. Surtout que le sujet évoqué est celui de l’affaire Dreyfus. «J’ai la sensation qu’on est à la veille d’un changement. Ca grince, ça craque. L’académie a volé en éclat.Ses représentants vont changer avec la jeune génération, davantage de diversité », confiait à Ouest France le 2 mars la compagne de François Hollande.

    César 2020 : l’ensemble des nominés absents

    L’acteur et toute l’équipe de J’accuse avaient boycotté la cérémonie des César le 28 février durant laquelle Roman Polanski recevait le sacre du meilleur réalisateur. Plus tôt dans l’après-midi, Alain Goldman, le producteur du film publiait sur Instagram un communiqué dans lequel il était précisé que « l’ensemble des nommés pour le film ne sera pas présent à la cérémonie ». Il n’y eût donc personne pour chercher à la tribune les prix décernés.

    «Il aura fallu 120 ans pour qu’un film français soit consacré à l’Affaire Dreyfus. J’Accuse rend hommage à un héros oublié, le colonel Picquart, grâce à qui l’innocence de Dreyfus a pu être révélée. Nous sommes fiers de l’avoir fait », expliquait dans une déclaration Alain Goldman avant d’évoquer plus amplement les raisons pour lesquelles l’équipe toute entière a décidé de boycotter la cérémonie des César 2020. Il s’était principalement attardé sur des propos du ministre français de la Culture.

    « Hélas, malgré les 12 nominations du film pour les César 2020, nous avons constaté une escalade de propos et de comportements déplacés et violents. Le ministre de la Culture lui-même, représentant l’autorité de l’Etat, s’est autorisé une déclaration condamnant par avance et sans le connaître le résultat d’un vote professionnel, indépendant et secret », affirmait-il rappelant les propos de Frank Riester selon qui récompenser Polanski correspondait à «un symbole mauvais par rapport à la nécessaire prise de conscience que nous devons tous avoir dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes ».

    Jean-Dujardin se défend

    Jean Dujardin avait partagé sur son compte Instagram l’après-midi de la cérémonie du 28 février des images du tournage de J’accuse. Sur celles-ci, on voyait des exemplaires du journal de L’Aurore en train de brûler. En légende, le mari de Nathalie Péchalat écrivait : « Je voudrais simplement rappeler que J’accuse est le titre d’un article assez célèbre d’Emile Zola, j’espère que cela ne gêne personne ? Bonne soirée ! ». Comme une confirmation de son absence à cette soirée ?

    «Je le redis. En faisant ce film, j’ai cru et je l’espère encore avoir fait plus de bien que de mal», avait-il ajouté avec en mots clés #jaccuse #alfreddreyfus #emilezola #antisemitisme #mariegeorgespicquart. Face à la pluie de critiques qui s’était ensuite abattue autour du film, la tête d’affiche avait choisi de supprimer ces messages, avant de faire une nouvelle publication une fois l’orage passé. «Je le redis. En faisant ce film, j’ai cru et je l’espère encore avoir fait plus de bien que de mal».

    Plusieurs personnalités lui avaient alors apporté leur soutien, en validant son post sur Instagram. Il s’agissait notamment d’Alessandre Sublet, Michel Denisot, Sheila, Marie-Josée Croze mais aussi Elsa Zylberstein. L’acteur avait également pu compter sur le soutien sans faille de son épouse Nathalie Péchalat. «Je soutiens mon mari dans tous ses choix artistiques», postait-elle à ce moment sur son compte Instagram.

    Marion Legrand
    Marion Legrandhttps://femmeactualite.fr
    Je suis passionné par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 4 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la télévision et les people.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Must Read