More
    AccueilCélébritésMichel Drucker, angoisse intense, révélations épouvantables

    Michel Drucker, angoisse intense, révélations épouvantables


    Michel Drucker devient extrêmement sérieux quand on entre dans le domaine de la santé. L’animateur, qui ne nie pas être un hypocondriaque, enchaine check-up après check-up pour s’assurer qu’il se porte comme un charme. Et pour rester en forme et continuer d’espérer vivre « aussi longtemps que Charles Aznavour », Michel révèle sa formule : une heure de sport tous les matins, vélo d’appartement et abdos, massage deux ou trois fois par semaine, séances de dos crawlé à la piscine, repas ultra légers, beaucoup d’eau, pratiquement pas d’alcool, pas de cigarettes et des bonnes nuits de sommeil !

    Concernant les nuits de sommeil, il y en a une qui, pour le présentateur, ne fut pas bonne du tout. Présent sur le plateau de Cyril Hanouna pour dévoiler son nouvel opus, Le Canapé rouge, Michel s’est laissé aller à des confidences, et a raconté une anecdote sur sa vie datant des années 70.

    A cette époque, « il est déjà très copain avec Claude François. Celui-ci, connaissant son côté ‘‘bonnet de nuit’’, qui rentre chez lui à 11 heures du soir pour boire une tisane, le provoque. Mieux, il le met au défi d’aller en boîte de nuit avec lui et Serge Gainsbourg ! Pour une fois, Michel ne se dérobe pas », narre….. Mais le malheureux ne sait pas ce qui l’attend.

    D’abord, c’est à 21h30 qu’il se pointe chez Regine, là où il fallait se rendre à l’époque pour se divertir… mais plus tard dans la nuit ! Lorsque Claude François et Serge Gainsbourg se pointent, à minuit, Michel n’a pas encore idée du cauchemar que vont être les prochaines minutes pour lui. « Moi, j’aime bien parler… et en boîte, on ne peut pas parler. Et on ne peut pas danser de slow », commence par se plaindre le provincial. Il révèle avoir appelé la tenancière du lieu, Régine, à peine trois quarts d’heure après leur arrivée. « Ecoute, il y a un courant d’air, là, et je suis en train de prendre froid. Mon père m’a toujours dit qu’il ne fallait pas aller en boîte de nuit, sinon, on attrape une pneumonie ».

    Une heure après, celui qui, aujourd’hui, ne fait pas un pas sans son tensiomètre, sort de ce lieu périlleux, et va aussitôt à la recherche d’une pharmacie pour se procurer « tout le nécessaire médical » devant le rassurer.

    Michel affirme n’être « plus jamais retourné en boite de toute sa vie ». Que ce soit par monomanie ou simple mesure d’hygiène, cela reste l’une des décisions les plus sages qu’ait pris de toute sa vie.

    Marion Legrand
    Marion Legrandhttps://femmeactualite.fr
    Je suis passionné par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 4 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la télévision et les people.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Must Read